Industrialized slavery to grow bank deposits

Image for post
Image for post
A zip-line to the bottom. . . of the grave

MUSÉE DU QUAI BRAZNLY JACQUES CHIRAC — THE COLOR LINE — LES ARTISTES AFRICAINS-AMÉRICAINS ET LA SÉGRÉGATION — 1865–2016 — OCTOBRE 2016-JANVIER 2017

ONE-WAY TICKET

I pick up my life

And take it with me

And I put it down in

Chicago, Detroit,

Buffalo, Scranton;

Any place that is North and East –

And not Dixie.

I pick up my life

And take it on the train

To Los Angeles, Bakersfield,

Seattle, Oakland, Salt Lake,

Any place that is North and West –

And not South.

I am fed up

With Jim Crow laws,

People who are cruel

And afraid,

Who lynch and run,

Who are scared of me

And me of them.

I pick up my life

And take it away

On a one-way ticket –

Gone up North,

Gone out West,

Gone

Image for post
Image for post

Je ne donnerai pas la traduction qui est en note car le texte n’est ce qu’il est et universel que dans la langue où il a été pensé, souffert, écrit, probablement pleuré et accouché dans la douleur. Traduire trahit cette universalité qui n’est que dans le particularisme de l’auteur et de son écriture.

Le deuxième poème de Langston Hughes est le suivant.

SILHOUETTE

Southern gentle lady,

Do not swoon.

They’ve just hung a black man

In the dark of the moon.

They’ve hung a black man

To a roadside tree

In the dark of the moon

For the world to see

How Dixie protects

Its white womanhood.

Southern gentle lady,

Be good!

Be good!

Image for post
Image for post
Rosa Parks sparked a rebellion

Vous trouverez l’image par Charles H. Alston page 249 de la seule façon dont les blancs du sud, mais pas que du sud, protège supposément leurs femmes contre ne serait-ce qu’un seul regard concupiscent d’un noir, un seul regard noir de quelque nature que ce soit qui salit la femme blanche que l’on sait. L’adultère avec un blanc produit au pire un divorce. Un simple regard d’un noir produit au moins l’émasculation, puis un ou deux genoux brisés, puis une pendaison faite et refaite deux ou trois fois car on ne meurt pas vite d’être pendu, dépendu, rependu, et finalement brûlé pour purifier l’air des noirceurs de cet être qu’on ne saurait appeler un homme puisqu’il est noir.

Souffrez donc que je vous dise que la route est encore longue et qu’il faudra attendre un deuxième président noir, au moins, pour peut-être qu’un jour il n’y ait plus de Charlottesville aux USA.

La beauté de ce livre, ce sont les images. Chaque image sonnera en vous un glas ou une alarme qui retentira dans vos âmes comme une corne de brume au cœur d’Auschwitz. Le génocide des Indiens et l’esclavage des noirs aux USA sont des shoahs bien pires et anciennes que celle d’Auschwitz. Et qu’on ne s’y trompe pas l’industrialisation de ces crimes contre l’humanité n’a pas été inventée par Hitler. Et sait-on qu’il y a aujourd’hui plus d’hommes noirs en prison aux USA qu’il n’y avait d’esclaves en 1860, à la veille de la guerre civile. Et tous ces noirs prisonniers sont enfermés parfois pour vingt ans pour un délit de possession, d’utilisation et éventuellement d’échange de drogue sur la voie publique, mais aussi dans le creux d’un sofa chez soi, vu et dénoncé par un passant blanc qui joue au voyeur, et dénoncer un crime fait que le voyeurisme n’est plus un délit. Et tous ces noirs travaillent pour une aumône qui ne leur sera payée que quand ils sortiront de la prison, s’ils en sortent. L’esclavage carcéral est encore pire que celui de leurs ancêtres car en plus les matons dressent quelques caïds dans le lot pour faire le tri, battre les dos et les visages sans que les gardiens n’aient à le faire, sans surtout que les gardiens n’interviennent rapidement car il faut bien que violence se passe, car il faut bien que l’esclavage carcéral soit un vrai champ de charpie humaine et de souffrance salvatrice pour les blancs qui regardent. Encore plus fascinant qu’un lynchage dans la nuit.

Le voyage dans ce catalogue est nécessairement n zigzags un peu erratiques car il n’y a pas d’index qui permette de retrouver tel ou tel auteur, acteur, artiste ou simplement telle ou telle image. Si vous voulez naviguer dans ce catalogue vous vous devez d’y aller à la godille. Ainsi la couverture de Invisible Man de Ralph Ellison est quelque part, je l’ai vue. Le nom de l’auteur et cette ouvre sont bien cités dans la bibliographie, mais la page où l’image se trouve n’est pas indiquée. Prenez votre mal en patience et feuilletez à loisir. Cette œuvre a une importance car ce fut la première œuvre littéraire noire au programme de l’initiation à la littérature anglaise (entendons de langue anglaise) sur le campus de l’Université de Californie à Davis en 1973. Les choses ont quelque peu changé depuis, mais le monde extérieur aux campus reste toujours le même car les campus sont des ghettos intellectuels avec parfois des mouvements d’étudiants qui ne sont pas toujours des mieux inspirés. Il y a dans l’Occident en général et aux USA en particulier une tendance à vouloir interdire l’expression de certains points de vue parce que certains d’entre nous ne les approuvent pas, et tout est bon : de l’accusation d’antisémitisme, à l’accusation de sexiste, à bien sûr l’accusation de fake news. De la droite à la gauche on trouve toujours des coalitions indignes qui ne savent demander que l’interdiction de ceux qu’ils désapprouvent. A bas Céline ! A bas Maurras ! Cela c’est la gauche. A bas Lénine ! A bas Mao ! Cela c’est la droite. Il est si tentant parfois de s’enfermer dans un cocon calfeutré et chaud d’où on a exclu tout ce qui pourrait froisser nos sentiments intimes.

Image for post
Image for post
MLK Jr

La pire de ces censures, autocensures c’est la « color blindness », la cécité raciale de l’immense majorité de la littérature Américaine — et plus généralement occidentale — qui ne contient que des personnages dont l’identité ethnique n’est pas indiquée et qui sont donc assumés blancs de par les noms bien chrétiens qu’on leur donne. Il est remarquable que quelques grands auteurs comme Stephen King et Anne Rice ne soient pas atteints par ce daltonisme racial. Et cela n’est pas un apanage de la droite, mais bien un apanage consensuel dans nos sociétés.

Ce catalogue vous donnera une idée de l’horreur que ce daltonisme ethnique et racial peut couvrir. Les images ne sont pas à mettre entre toutes les mains, surtout des mains blanches. Autant les textes ont un sens lexical et syntaxique, mais absolument daltonien sauf quand la couleur des sujets est indiquée. Mais les images, les tableaux, les photos, les documents visuels eux n’ont pas besoin de légende pour être brutalement lisibles et significatifs.

Mais surtout évitez le romantisme et le sentimentalisme. Cette exploitation extrême de certaines catégories ethniquement posées comme inférieures n’est pas quelque chose que l’on doit condamner moralement. C’est quelque chose d’odieux mais qui met en péril la survie de l’humanité en tant que telle. La sous-espèce blanche de l’espèce humaine est et de loin, même en y intégrant les blancs non caucasiens comme les Arabes ou les Iraniens, sont loin, très loin d’être la majorité de notre humanité et le sectarisme occidental à la Trump met l’humanité toute entière en danger de mort pour sauver les privilèges des Etats Unis encore dans leur dominance blanche caucasienne, même si cela ne durera encore que quelques années de plus. Ces blancs-là qui gouvernent les USA préfèreront une guerre nucléaire qui détruira la planète à accepter de n’’être que second derrière la majorité non caucasienne de l’humanité. Plutôt mourir tous ensemble que n’être plus que seconds derrière des non-blancs.

C’est cela qui doit ressortir de ce catalogue. Non pas un simple discours antiraciste concernant les noirs mais un discours de raison en direction des blancs caucasiens qui nous gouvernent pour qu’ils acceptent la marche de l’histoire qui ne fait d’eux aujourd’hui que des seconds rôles.

Image for post
Image for post
Unlock the door

Imaginez un peu Trump en second rôle ! Il en mourrait le pauvre. Mais encore faudrait-il que son moi puisse le savoir car j’ai bien l’impression que son moi se dit : « Il n’y aura jamais la moindre chance que je le susse. » Et pour sûr il mourra sans savoir, mais nous risquons fort de mourir avec lui dans la catastrophe nucléaire qu’il nous prépare.

Dr. Jacques COULARDEAU

Written by

Dr Jacques COULARDEAU, PhD in Germanic Linguistics (University Lille III) and ESP Teaching (University Bordeaux II) has been teaching all types of ESP

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store