Edmond & Cyrano: à la fin de l’envoi, je touche

Image for post
Image for post

ALEXIS MICHALIK — EDMOND — 2019

Image for post
Image for post

Le plus amusant est que le film n’hésite pas à citer une ou deux fois Daniel Mesguich et son éternel éphémère, et la trappe est un tour que ce Daniel Mesguich a souvent utilisé dans son inspiration farcesque de boulevard. Mais surtout quelque part nous nous y perdons dans les temps, et le seul temps qui ne se propulse pas sur scène est le temps du vrai Cyrano de Bergerac au 17ème siècle, sinon une épitaphe que nous nous devons de tous connaître. Mais il est bien sûr que Cyrano n’est que le prétexte pour parler d’Edmond Rostand qui a perdu dans la brume de ce monde son frère, le grand spécialiste qui disséquait des grenouilles, vivantes bien sûr, Jean Rostand.

Image for post
Image for post

Mais c’était un temps troublé, la troisième république qui se finit en 1939 et qui offrit quatre années de boucherie guerrière à la fin de la vie de notre Edmond Rostand. Mais Jean Rostand devait ne pas être bien loin. Mais il est sûr que l’on nous mène en bateau sur la Seine, à la godille plus qu’à la rame, et que les lieux ne sont pas tous, loin de là, vraiment ceux que l’on vous dit. Le théâtre de la Porte Saint- Martin prend à la fin une ampleur qui ressemble plutôt à un Palais Royal. Mais qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, j’entends l’absinthe.

Dr. Jacques COULARDEAU

Image for post
Image for post

Written by

Dr Jacques COULARDEAU, PhD in Germanic Linguistics (University Lille III) and ESP Teaching (University Bordeaux II) has been teaching all types of ESP

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store